Winter is coming: ne laissez pas (toujours) votre vélo au garage !

L’hiver est là: ne laissez pas (toujours) votre vélo au garage !

.

4200064814_06dc977811_b

« Il fait trop froid », « Non mais t’as vu le temps ? », « T’es vraiment endurant, moi je peux pas » : en période hivernale, froid et pluie découragent de nombreux cyclistes urbains d’enfourcher leur fidèle monture. Les résistants aux conditions météorologiques sont vus comme des courageux au mieux, comme des extrémistes ou des fous le plus souvent.

 

.

.

Dans le rapport « Les Français et le vélo en 2012 » publié par le Club des Villes et Territoires Cyclables, la météo est même citée par 58 % des répondants à l’enquête comme le principal frein à l’utilisation du vélo, devant le risque d’accident ou la distance à parcourir. Les compteurs de vélos déployés dans plusieurs villes matérialisent la réalité de cette statistique : un décompte de 2013 par la société Eco-Compteur indique une baisse de 33% de la circulation à vélo à Zurich les jours de pluie et de 19% à Nantes. A Lyon, quelques 183 000 passages ont été comptabilisés par les 55 points de comptage de la ville du 3 au 6 janvier 2017 (température maximale de 2.3°C en moyenne sur cette période) contre 225 000 du 13 au 16 décembre (température maximale de 8.2°C en moyenne) soit une baisse de 20%.

 

index

Pourtant, faire de vélo toute l’année est largement possible, dès lors qu’on fait des choix d’équipement appropriés. Il ne faut pas oublier que c’est dans les pays du nord de l’Europe, pourtant aux conditions climatiques plus rigoureuses que celles de l’Hexagone, que la part modale d’utilisation du vélo est la plus importante. Il ne s’agit pas ici de dire que l’utilisation du vélo doit être systématique à l’exclusion de tout autre moyen de transport, mais de démontrer qu’il est souvent possible de ne pas se décourager dès lors que les beaux jours sont partis.

 

L’équipement le pvélo en hiverlus simple et le plus commun pour sortir l’hiver à l’extérieur est déjà un bon rempart contre le froid pour le cycliste : bonnet, gants et écharpe sont des éléments indispensables. Si les premiers mètres sont les plus difficiles à cause de la sensation de vent que procure la vitesse de déplacement, le corps se réchauffe rapidement grâce à l’effort physique. Il faut privilégier les équipements qui permettent aux extrémités du corps de ne pas se refroidir trop vite : gants suffisamment épais, chaussettes et chaussures adaptées.

 

La pluie nécessite par contre souvent de s’équiper d’éléments un peu plus spécifiques. Ce sont d’ailleurs les jours de pluie et encore plus de neige, que l’on observe la baisse la plus significative des déplacements cyclables, notamment les jours où il pleut le matin lors du choix du moyen de déplacement. Heureusement, la plupart des vélos utilisés en ville sont équipés de garde-boues, pour limiter les projections sur le cycliste. Sur un vélo, si la pluie est intense, on se retrouve rapidement avec le pantalon collé sur les cuisses sous une averse, et la veste imperméable traditionnelle qui protège très bien le haut du corps s’avère insuffisante pour une protection des jambes. La plupart des Danois disposent par exemple de capes de pluie, couvrant le cycliste jusqu’au guidon et descendant largement sur les cuisses. L’alternative est le sur-pantalon, très efficace mais plus encombrant et long à s’équiper. Ces produits sont bien sûr disponibles en France. Là aussi, l’innovation nous rend la vie plus facile et plus agréable : on peut citer entre autres la marque grenobloise Spad de Ville, qui a développé une protection technique et pratique, avec le souci de respecter le style du cycliste.

 

PistecyclabledeMontralenhiver(1)Concernant la neige, un facteur prépondérant réside également dans l’effort fait par les municipalités pour dégager les pistes cyclables au même titre que les routes, afin de les rendre à nouveau accessibles dans des conditions de sécurité acceptables.

Enfin, il ne faut pas oublier qu’utiliser le vélo en hiver nécessite de disposer d’un éclairage avant et arrière, car une bonne partie des trajets risquent de se réaliser de nuit ou dans des conditions de visibilité réduite.

Alors n’hésitez pas à essayer de prendre votre vélo même en hiver, vous serez surpris de votre faculté d’adaptation et du plaisir que vous pourrez éprouver de pédaler dans un air frais et de découvrir de magnifiques paysages urbains. Et si le besoin s’en fait sentir, vous pourrez compléter votre équipement chez votre vélociste favori. Peut-être y trouverez-vous dans quelques années un AddBike version skis qui vous permettra de continuer à rouler même sur la neige !

 

 

Posted in Non classé and tagged .